Une Hercule à bouclettes

Les équipes paramédicales des différents services que j’ai fréquentés avaient toutes un point commun, une entité à part entière, redoutable et redoutée : une Patricia.
Patricia est infirmière. Patricia te regarde de haut, toi petit externe de bonne volonté qui lui a dit bonjour sans mesurer la prise de risque. Alors que les élèves te renvoient un salut souriant, les diplômées te lancent un bonjour pressé mais néanmoins sympathique, les ASH un bonjour en coin en regardant si tu marches bien du bon côté du couloir et surtout pas (malheureuse) dans le mouillé… Patricia n’ouvre pas la bouche. C’est que tu comprends, elle bosse beaucoup, et elle tient à ce que ça se sache.
Par contre, si tu demandes naïvement du sparadrap pour le pansement du patient que tu viens de piquer pour un gaz du sang, et qui t’attend en appuyant sur son artère comme il peut, elle en profite pour te faire la leçon.
C’est indéniable, Patricia SAIT. Tu peux t’en rendre compte même sans écouter les paroles, rien qu’à la douce mélodie de ses reproches exaspérés : « Mais t’as déjà fait des gaz du sang ??!! Parce que tu dois savoir, c’est une artère. Alors, les artères, et bien tu vois, ça saigne, donc il faut faire un pansement compressif, oublie tout de suite ton petit sparadrap de merde!« 
Elle me tend une bande de trois mètres d’élastoplaste, deux paquets de dix compresses, un pot de Bétadine alcoolique, tout en me posant des questions : « Et c’est quoi le risque quand on pique dans une artère ? D’y mettre des germes, faut un désinfectant fort » ou encore « Et qu’est-ce qu’il ne faut jamais oublier avant d’emporter son gaz du sang au labo ? De prendre la température du patient! ».
Tu étais parti prendre un bout de sparadrap en vitesse, toute contente d’avoir réussi à trouver l’artère du premier coup. Le patient te voit revenir encombrée de compresses, Bétadine jaune, orange et rouge, bande élastique et thermomètre, bougonnant parce qu’on vient de te faire la leçon comme à une malpropre.
C’est la faute à Patricia.
Mais faudra s’y faire, elle est comme ça, tout le monde le sait.
Si je veux prendre un café et qu’il n’y a plus de gobelet, j’ai toujours une âme charitable dans l’équipe qui me prévient : « Malheureuse, repose ça tout de suite : c’est La tasse de Patricia ». Ouf, j’ai échappé au pire.
Ce sont les mêmes qui sévissent aux Urgences. Le nouvel externe perdu arrive très vite à la repérer : celle qui lui demande en guise de bienvenue de faire un ECG immédiatement à la 3, la 5 et la 12 est bien souvent une Patricia. Si elle a en plus une coupe au carré, le regard fermé, et qu’elle jette un œil à la montre autour des pressions de sa blouse en soupirant, les chances augmentent grandement.
Nous avons donc Patricia qui bosse, qui râle, qui donne des leçons : il faut savoir qu’elle a une raison. Eh oui, car voyez-vous, Patricia se Forme. Perfectionniste et Professionnelle, elle va de formations en compétences z’et qualifications, z’et réunions administrativo-inutiles sur la marque des nouvelles poches de G5% comme l’Hôpital sait si bien en produire.

C’est que l’Hydre a bon fond. Tout, tout au fond. Enfin, on ne sait pas vraiment, mais par philanthropisme on suppose, et on supporte (enfin, on essaie) les sautes d’humeur des Patricias. Un jour, quand je serais interne et que je passerai six mois dans les services, j’essaierai d’en amadouer une, pour voir… Je vous raconterai si j’y survis !

Publicités

A propos openblueeyes

Apprentie docteur en pédiatrie.
Cet article, publié dans Med'scene, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Une Hercule à bouclettes

  1. openblueeyes dit :

    Et voici les commentaires initialement laissés sur canalblog avant le déménagement :

    1. J’en ai connu une de Patricia. J’ai râlé sur elle « cte femme aigrie » pendant une journée, pour lui trouver des circonstances atténuantes le lendemain…
    – Posté par Vanni, 26 mars 2009 à 22:21

    2. la pire des Patricia que j’ai connues était cadre de santé…
    la pire ordure du monde paramédical que j’ai connu jusqu’à présent! et je suis bien convaincu que je ne connaitrai jamais pire…
    (en plus c’était son vrai prénom!)
    – Posté par Dr Sven, 27 mars 2009 à 01:13

    3. J’ai fait un seul stage, mon stage inf, et bah je me rends compte qu’il y avait une Patricia! Je l’avais repéré dès le début et je priais tous les matins pour qu’elle ne soit pas là aujourd’hui!
    Mais ça devait être une forme mutante parce qu’elle disait bonjour (avec le même ton que si elle avait dit « t* g**** », je doit le reconnaître) et le dernier jour elle m’a sorti que ça avait été un plaisir de m’avoir en stage, mais j’y ai pas cru!
    En tout cas ça promet si yen a dans tous les services!
    – Posté par Romain, 28 mars 2009 à 19:59

    4. Cool, j’ai trouvé une copine pour mon Odile!
    – Posté par Thomas, 30 mars 2009 à 22:14

    5. Une copine, tu es sûre ?
    Moi je parie qu’elle sont dans des roulements différents et qu’elles se détestent copieusement !
    Genre en disant du mal l’une de l’autre à la pause café, et en concluant dans un soupir « Enfin, tu vois c’que j’veux dire… » ^^
    – Posté par OBE, 30 mars 2009 à 22:29

    6. Ouffff, j’ai pas de coupe au carré et pas de montre entre mes pressions (ça saute déjà tout seul ces trucs là!)….
    bisous :)
    – Posté par Audrey, 01 avril 2009 à 16:21

    7. Parce que le reste, crier sur les externes, tout ça, ça ne te pose aucun problème ? Ah béh bravo :-p
    – Posté par OBE, 01 avril 2009 à 17:23

    8. Patricia Award’s
    Excellent ! que de souvenirs… la pire de « mes » Patricia (car elles sont plusieurs !), m’a hurlé dessus un matin aux Urgences qu’à cause de « MA » patiente (une dame qui se réveillait confuse et un peu turbulente après une IMV) elle ne pouvait pas s’occuper Des Malades. Sous-entendu, à cause de moi-le-CCA-psychiatre-touriste (en train de régler 5 urgences à la fois…) incapable d’orienter une patiente « psy » (traduire : pas malade) elle ne pouvait pas exercer son sacerdoce auprès des Victimes Souffrantes et Légitimes qui peuplaient son SAU… Bref rassures-toi (ou pas), quel que soit ton grade à Blouseland c’est un genre de dragon que tu ne seras jamais certaine de pouvoir terrasser… Apprendre à s’en protéger c’est déjà pas mal. ;-)
    – Posté par bertrand, 03 avril 2009 à 11:34

    9. J’ose pas crier sur les externes, trop grands ceux qui sont dans le service en ce moment, j’ai peur qu’ils m’attendent à la sortie :p
    Par contre je crève d’envie d’hurler tout ce que je pense à une médecin, mais ça se fait pas parait….. Un jour ça va sortir….
    bisous :)
    – Posté par Audrey, 11 avril 2009 à 17:51

  2. Kewan dit :

    Adage des médecins :

    « Une Patricia, il faut la mater ou la muter. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s