Petits services entre amis

Juste avant de vous parler des infirmières charmantes de mon service (Ce début de phrase est sponsorisé par Google®), laissez-moi vous raconter ma rencontre avec un interne non moins sympathique : L’Interne de Gastro du Service d’à côté.
Avec des Majuscules. Partout.
Il a donc débarqué un jour dans la salle des externes. Petit, le cheveu hirsute, l’air prépubère mais le regard hautain, visiblement contrarié de m’y trouver seule. C’était bien réciproque puisque j’étais en train de faire mon observation.
Quand je dis « mon observation », c’est tout un rituel complexe qui est sous-entendu : je viens d’aller examiner mon patient, de lui poser un tas de question, j’ai écrit les réponses au brouillon sur mon carnet, fait mon examen complet, le cœur, puis les poumons, puis les jambes, puis le ventre – mince il venait pour quoi déjà ? – et gardé tout ça dans ma ptite tête jusqu’à la salle des externes.
Là, avec l’enthousiasme de ceux qui se sentent investis d’une mission, je sors mon stylo à la plus belle écriture et avec application je consigne tout ce que je viens d’apprendre au propre sur le dossier. En tirant la langue sur le côté quand je souligne mes titres et mes sous-titres. Je n’encadre pas encore en quatre couleurs (je réserve ça à mes fiches qui sont assurément les plus belles fiches d’internat du monde), mais vous aurez compris : FAUT PAS venir me faire chier quand je rédige mon observation. Non, faut pas.
Mais il n’a pas dû comprendre, puisqu’il ne me regardait pas. Même quand il s’est mis à me parler, de toute façon, jamais ses yeux n’ont pu s’arrêter de fuir dans toutes les directions. C’est assez déstabilisant, et ajoutons à ça une fâcheuse propention à me prendre pour une incapable majeure, j’ai passé un moment pour le moins désagréable :
– Lui : Ouiheu, donc je suis l’Interne de Gastro, heu, je venais voir Mon patient hébergé chez vous… Heuuuu, tu as déjà entendu parler de l’encéphalopathie hépatique ?
– Moi, levant la tête : Oui oui
– Lui : Parce que c’est un cas tout à fait intéressant, heu, si tu veux voir la sémiologie bien sûr… tu as déjà bossé la cirrhose un peu ?
Rappel : je suis en cinquième année, plutôt près de la fin que du début, avec le concours de l’internat dans un an et des maigres brouettes. J’ai déjà trainé ma blouse dans un service de gastro, un service de « chir dig » et un service de réanimation digestive. Alors oui, j’ai un peu bossé la cirrhose, assez en tout cas pour en avoir vu la sémiologie, merci.
– « Oui », je réponds.
– Non, parce que si tu veux, il faudrait lui faire un MMS, tu sais ce que c’est ? [NDLR : je suis passée en gériatrie ou ce petit test était L’Activité systématique du service] et je me suis dit dans mon infinie bonté que ça pourrait être formateur pour toi. Bon, sinon, Mes externes viendront le faire… mais si tu veux voir les signes cliniques, c’est tout à fait instructif.
Quel grand seigneur. On ne m’avait jamais demandé un MMS en prenant autant de pincettes. Je crois qu’on ne m’avait jamais prise pour une ignare à ce point non plus, d’ailleurs.
Mais il s’est dirigé vers la porte, et pleine d’espoir de le voir quitter les lieux rapidement, j’ai pris des initiatives inconsidérées :
– « D’accord, d’accord », j’ai dis, naïvement. « Si je veux voir une circulation collatérale, j’irais le voir ».
Erreur !
Il a ouvert grand ses yeux hyperactifs : « Ah mais non ! Ça c’est un signe d’HYPERTENSION PORTALE ! Moi je te parlais de l’insuffisance hépato-cellulaire! [Pour les nons-médecins, ce sont deux conséquences d’une cirrhose, qui donnent chacunes des signes particuliers] Faut pas confondre, faut être systématique, faut te faire des cases bien strictes, hein, faut pas tout mélanger, tu verras quand tu bosseras l’internat! »
Bien sûr…
C’est vrai que statistiquement, un patient en décompensation d’une cirrhose, il a tendance à n’avoir que les signes d’insuffisance hépatique. EXCLUSIVEMENT. La veine porte, elle s’en tamponne le globule rouge que le foie soit tout pourri, c’est bien connu.
Je ne suis pas allé voir son patient, je ne lui ai pas fait son MMS. Désolé, mes collègues externes, désolé, monsieur-avec-la-cirrhose qui aurait peut-être bien aimé qu’on s’occupe un peu plus de lui aujourd’hui.
J’ai fini mon observation avec une méticulosité proche de l’acharnement, et je suis rentrée chez moi au son des métalleux norvégiens aux grosses guitares et au batteur-poulpe tueurs de petits enfants.
Fallait pas m’embêter.
Publicités

A propos openblueeyes

Apprentie docteur en pédiatrie.
Cet article, publié dans Med'scene, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Petits services entre amis

  1. openblueeyes dit :

    Et voici les commentaires laissés sur le blog avant le déménagement :

    1. AHAH !!
    Alors là je tiens mon magnifique tableau !!! AH la superbe image trop drôle que de t’imaginer dans cette situation, Merci ^^
    Allez, je le relis, juste pour le plaisir d’imaginer ta tête! Pardon mais j’adore !! :)
    – Posté par zou, 14 mars 2009 à 15:42

    2. héhé, le métal, grand salvateur de nos maux en tous genres! Bon choix ;)
    – Posté par xxx47, 20 avril 2009 à 12:32

  2. Docmam dit :

    Cet interne a eu au moins la délicatesse de faire semblant de vouloir t’apprendre quelque chose… Y’en a qui s’embarrassent pas de ça !

  3. Wilhelmina dit :

    I have been so beeedlirwd in the past but now it all makes sense!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s