Et non, je ne suis pas une sainte…

Un matin comme un autre en maison de retraite.
Les agents de service s’activent, les aides-soignantes aident z’et soignent, les infirmières vaquent à leurs occupations, les intérimaires s’habillent et se perdent dans les étages ou les couloirs. Les résidents hurlent ou essaient de se rendormir, suivant s’ils sont du bon côté ou non de la démence.
Toujours dans ma belle blouse d’infirmière, je distribue les médicaments en me demandant chaque fois si mes employeurs ont ne serait-ce qu’une infime idée de l’étendue de mon incompétence.
Non parce que, les dextros, ça devrait pas nécessiter 4 piqûres et 3 bandelettes pour avoir une glycémie capillaire convenable. Et puis l’insuline, je croyais avoir suffisamment ramé avec mes injections la dernière fois, mais à chaque fois que je me retrouve devant un nouveau stylo, c’est la panique. Y’a ceux qui se tirent, ceux qui tournent, ceux qui sont bloqués et ceux qui sont vides… à ce rythme, finir mon tour du matin risque de me prendre toute la journée.
Sans parler de ma pratique toute relative de l’asepsie quand je refais un pansement. Des fois je me regarde, et je voudrais me mettre des claques. Essayez de panser un sacrum ou de recoller une poche de Bricker en gardant les doigts stériles, aussi…
Bref, j’en étais à ces réflexions hautement productives quand l’aide-soignant m’interpelle :
– On va avoir un problème : le nouvel AS, l’interimaire, c’est un étudiant en médecine!

– Ah ? … Réponse montrant une fois de plus s’il en était besoin la grande supériorité de l’infirmière sur l’aide-soignant, puisqu’elle ne me fait même pas passer pour une débile profonde – ce qui eut été le cas en tout autre occasion.
– Oui, et il n’a jamais bossé avant, il sait même pas ce qu’est une protection [c’est une couche en fait, lecteur non aide-soignant], va falloir que je l’aide…
– Faites comme vous pouvez alors, n’hésitez pas à m’appeler si besoin, répondis-je magnanime.
Quelle classe quand même.
Je me suis bien gardée de lui dire qu’à une époque révolue, j’avais moi aussi débarqué dans une Ehpad [Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes], la bouche en cœur et de l’innocence plein les mains, persuadée que j’allais aider mon prochain de la plus belle manière qui soit.
Ahem. Moi qui croyais que le bizutage n’existait qu’à l’université, j’avais été servie.
J’étais arrivée avec ma tenue blanche et ma naïveté a huit heures moins le quart. Pétantes. Et à huit heures tout pile, j’avais une mamie de trente-cinq kilos dans les bras, elle-même avec les mains pleines de selles, et sa seule phrase encore compréhensible a la bouche « Aidez-moi, aidez-moi » !
Je ne savais pas changer une couche – pardon, une protection.
Disons que sur un bébé je m’en serais sortie, mais sur une vielle dame tremblante et remuante c’est une autre histoire.
Une main trempant le gant dans la bassine d’eau chaude, une autre pour tenir ses pieds, la troisième pour tenir ses mains sans me tartiner de merde, la quatrième pour attraper la serviette de toilette sans rien lâcher, et glisser la couche sous les fesses en soulevant le tout. Fa-cile.
On a beau dire, ça ne s’improvise pas.
C’est l’ASH qui m’avait alors sauvée de la panique matinale, en précisant sur un ton rassurant : « c’est la plus facile. »
Merci.
A neuf heures du matin, j’avais enfin habillé tant bien que mal la petite mamie qui scandait « Aidez-moi, aidez-moi » inlassablement (en fait, c’était habituel chez elle), et il me restait neuf toilettes.
Gloups.
La seconde étant scatologiquement bien plus atteinte encore, j’avais du retenir des nausées en ouvrant la porte de la chambre. Tout en était recouvert, les draps, les murs, la mamie toute entière…
Bon, on veut me bizuter, ils vont voir ce qu’ils vont voir !
La vielle dame avait fini sous la douche à grands cris, et j’étais sortie de la bataille trempée mais victorieuse. A presque dix heures, il m’en restait huit.
La troisième était sympathique comme tout – ouf ! – pas démente – re ouf – mais parkinsonnienne. Et si vous pensiez que c’était juste des petits tremblements des mains ou un chevrotement de la voix, détrompez-vous tout de suite. A peine debout, madame Parkinson avait été prise d’une crise de tremblante du mouton, des pieds a la tête, et malgré ma force légendaire et mes biceps à toute épreuve (hum hum), elle s’était retrouvée le cul sur les pieds du fauteuil roulant.
Bizarrement, elle avait mis un bon mois à me faire à nouveau confiance.
Les dernières se plaignaient parce que j’étais en retard, parce que je luttais de toute mes forces pour enfiler des bas de contention, l’ASH m’en voulait parce que je n’avais fait aucun lit, et j’avais fini en sueurs et au bord des larmes.
Cerise sur le gâteau, une résidente de quatre-vingt dix kilos avait jugé bon de me tomber dans les bras, parce que bon, c’est quand même fatiguant de marcher, ç’aurait été plus sympa que je la porte jusqu’à la salle à manger !
En me remémorant ces souvenirs avec un sourire en coin, je regardais le pauvre petit intérimaire se mélanger les pinceaux, se perdre entre couches vertes et bleues, savon et gel hydro-alcoolique (haha. Je ne compte plus le nombre de fois où en me frottant les mains, je m’aperçois que ça mousse au lieu de s’évaporer comme ça devrait.), attraper les hémiplégiques par leur bras paralysé…
Et comme dans « Scrubs », cette série que vous devez absolument voir au moins une fois si vous ne connaissez pas, j’ai pris mon chariot et dans l’indifférence la plus totale, j’ai filé à l’autre bout du bâtiment.
Publicités

A propos openblueeyes

Apprentie docteur en pédiatrie.
Cet article, publié dans Maison de retraite, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Et non, je ne suis pas une sainte…

  1. openblueeyes dit :

    Et voici les commentaires initialement laissés sur canalblog avant le déménagement :

    1.Tu es presque une sainte quand même ;)
    – Posté par Vanni, 11 septembre 2008 à 16:32

    2. Presque ;)
    – Posté par zou, 12 septembre 2008 à 11:39

    3. Salut,
    Je suis en P2, et comme beaucoup d’étudiants je cherche un petit boulot. J’aimerais assez travailler dans le milieu hospitalier, ou médical au sens large. Je voulais donc te demander à partir de quand as-tu pu travailler en maison de retraite, ou dans n’importe quelle autre structure médicale ?
    Merci, et bravo pour cet agréable blog !
    Axel
    – Posté par Axel, 12 septembre 2008 à 21:50

    3. Je savais bien qu’un jour ca arriverai!
    Le sourire d’ange, c’est juste une couverture en fait!!!
    – Posté par Virginie, 13 septembre 2008 à 20:09

    4. changement d’adresse
    Bonjour, amie bloggeuse,
    Je t’écris ce petit mot pour te dire que, lectrice acharnée de ton blog (sur lequel je laisse souvent des comm. signés mistinguette ou peut-être mariea), je l’ai mis en lien sur le mien.
    Peut-être le l’avais-je déjà dit il y a un moment déjà… mais vois-tu, j’ai essuyé ce we une facheuse mésaventure : mon blog a buggé et j’ai été contrainte de le supprimer pour mieux le faire renaître ailleurs. J’ai donc légèrement modifié l’adresse pour arriver à mes fins.
    Si par hasard tu veux y faire un tour le voici le voilà :
    http://mistinguette-allezzou.blogspot.com/ Bonne journée,
    Dans l’attente de te lire,
    Marie (mistinguette)
    – Posté par mariea, 16 septembre 2008 à 11:13

    5. @Vanni, zou > Merci :-)
    @Axel > dans les textes, on peut faire fonction d’aide-soignant à partir de la D1 validée, et d’infirmier à partir de la D2 validée. Dans la pratique, c’est pareil sauf que dans certains établissements, on te demande une attestation de la DDASS qui est absolument impossible à obtenir, ou alors c’est que les administratifs de chez toi ne sont pas des vrais. Dans d’autres l’attestation de validation de ton année (D1 ou D2) suffit.
    Sinon, il y a aussi les aides-op comme petit boulot, quelque soit ton niveau, mais j’avoue que je n’ai jamais pu supporter un chirurgien plus de deux opérations, et réciproquement vu ma maladresse légendaire.
    @Virginie > Damned, je suis démasquée !!
    @Mariea > Merci pour la nouvelle adresse.
    – Posté par OBE, 26 septembre 2008 à 12:04

    6. Merci pour le tuyau sur « Scrubs » : j’ai acheté la première saison et j’ai vraiment adoré !
    – Posté par Tom Rakewell, 28 septembre 2008 à 19:39

  2. toc dit :

    eh bien dans quelques jours,
    nouveau bizutage…
    fin prête ????

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s