J’aime pas les piqûres !

« J’adore c’que j’fais » !
C’est ce que je m’étais dit ce jour-là. Propulsée depuis ma chaise d’externe au statut d’infirmière intérimaire en maison de retraite, je trouvais mon boulot pa-ssio-nnant.
Bien moins fatiguant qu’aide soignante. Bien plus rigolo que certains jours en tant qu’externe. Soigner les bobos, donner les médicaments, recevoir les bilans, discuter avec les médecins, faire quelques gestes techniques, retrouver l’excitation de mon tout premier stage en allant poser une simple perf’ sous-cutanée toute seule…
C’était sans compter sur Mme B.
Mme B qui nous est renvoyée de l’hôpital vers 16h, ce vendredi soir.
Avec elle : deux ordonnances et une radio.
Un petit mot aussi, à l’attention du médecin traitant. Je ne suis pas médecin, mais bon, va bien falloir que je m’occupe de cette dame. J’ouvre donc la lettre. Et en substance : « L’anesthésiste et la fille de la patiente refusant l’amputation, nous vous renvoyons cette madame en soins palliatifs ».
Gloups.
Attendez, reprenons. Mamie B. a des artères toutes pourries, qui ont décidé de ne plus irriguer son pied. Soit. Mais quand les chirurgiens ne peuvent pas revasculariser, et pas couper le pied, j’avais pas précisément prévu que ça me retombe sur les bras.
« Démerde toi, ma grande ». Il aurait pu marquer ça, dans son courrier, l’interne, j’aurais préféré.
Mais non, il est consciencieux, il m’a marqué tous les résultats de la biologie, et puis son nouveau traitement. Tellement consciencieux que pour équilibrer au mieux le diabète qu’on lui a découvert à l’hôpital, il m’a inventé tout un protocole d’insuline à lui injecter trois fois par jour.
Bon. Ressaisis-toi ma fille, il est 16h30, tu finis dans une heure et demi, plein de choses à faire, tu n’as aucune insuline sous la main et pas non plus l’antibiotique qu’il lui a donné à l’hôpital.
Tu as appelé la pharmacie habituelle qui ne peut pas te livrer avant lundi prochain. Tu vas donc devoir courir avec tes petites pattes à la pharmacie la plus proche en priant pour qu’ils aient l’insuline de l’ordonnance.
T’en profiteras pour leur demander un patch de morphine pour une autre mamie en fin de vie dont les patchs sont sous clés. Sauf que personne dans la maison ne sait où est la fameuse clé, même pas la directrice.
Allez, habillage en civil, sac à main, cartes vitales et mutuelles des mamies, ordonnances et photocopies.
A la pharmacie, bonjour, bonsoir, je voudrais du Durogésic (les patchs, je pouvais toujours rêver, mais au moins j’aurais essayé) et puis de l’insuline pour ma mamie B.
Sauf que l’interne du haut des urgences de son CHU, il savait pas que ce qu’il m’a prescrit n’existait plus !
De l’ « Actrapid en stylo », il a du se dire que ce serait plus simple… Eh ben non. A côté de la plaque, l’interne…
Je l’ai maudit un moment. Coups de fils à l’hôpital. Bien sûr il a fini sa garde, débrouillez-vous les pharmaciens, it’s your job.
Attente. Patience. Discussion de comptoir d’apothicaire pour décider du contenant de l’injection de madame B. Sur les autres stylos, les autres insulines, les petits flacons, les aiguilles adaptés…
Une éternité après, je rentre finalement at work avec une petite fiole, victorieuse, soulagée, je ne sauverai pas la vie de madame B, mais au moins elle aura sa piqûre du soir.
Sauf qu’en rangeant le flacon dans le frigo, je m’aperçois qu’il y en avait déjà, de cette insuline.
Il y a des jours comme ça, hein…
Publicités

A propos openblueeyes

Apprentie docteur en pédiatrie.
Cet article, publié dans Maison de retraite, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour J’aime pas les piqûres !

  1. openblueeyes dit :

    Commentaire initialement laissé sur canalblog avant le déménagement :

    mouais…
    un petit coup de tel à la maison de retraite ou au médecin traitant de la part de l’interne, pour organiser un peu tout ça, ça ne coûte pas beaucoup et ç’aurait été un minimum (au moins pour la politesse !!!)
    – Posté par guillaume, 31 août 2008 à 15:20
    (son blog : http://tekhnemakpe.blogspot.com/ )

  2. Ping : Et non, je ne suis pas une sainte… | Openblueeyes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s