Péhun

La première année, P1 de son petit nom, Jaddo le décrit merveilleusement bien, c’est un monde à part. Une bulle étrange, que l’on partage plus ou moins avec des centaines de compagnons de galère, mais qui nous isole du reste du monde comme jamais. Une folie pure.
Mais ça tombait bien, du haut de mes seize ans et des bouclettes, j’étais déjà un peu folle.
Une heure et demi de trajet et deux bus le matin. Autant le soir.
Une fois rentrée j’écoute mon dictaphone pour retranscrire tous les cours sur mon ordinateur.
Le même fidèle compagnon qui me permet de vous écrire aujourd’hui, d’ailleurs. L’ordinateur, je veux dire.
Le dictaphone, lui, est enfermé précieusement dans une boite métallique, reposant au côté de ses petites cassettes soigneusement étiquetées, après tous les fiers services qu’il m’a rendu.
Un jour, son prédécesseur a eu la bonne idée de tomber en panne. J’ai marché, hébétée, comme perdue, au milieu de la route, manquant de me faire écraser dix fois jusqu’au magasin le plus proche. J’ai dépensé une fortune pour le remplacer, plus que de quoi me nourrir pendant deux semaines, et pleuré de joie au retour, toujours hagarde, et tant pis pour les automobilistes qui m’engueulaient vertement.
Les filles de mon groupe d’ED disent que je suis cinglée, que ça prend trop de temps de tout reprendre au « dicta », et que ça sert à rien, que la biologie cellulaire ce sera en Juin.
Et elles parlent d’Anatomie.
Ma bête noire. Du chinois. Je n’ai jamais su apprendre par cœur, et s’il y a une matière où on demande d’être bête et méchante, c’est bien celle-là. Des os, des muscles, des vaisseaux, des « anastomoses « , des « rapports »…
Le genre de discussion que vous entendez d’une oreille avec l’impression que le sol va s’ouvrir sous vos pieds. Ah non, mince… ça aurait été presque mieux.
Alors j’écris, je dessine, je surligne. Je consomme du fluo et je déforeste tout un pan de l’Amazonie. Chez moi, entre deux cours, dans le bus, dans le train qui me ramène chez mes parents de temps en temps. 6h de rails et de vrombissements dans les wagons, j’ai le temps.
Au premier concours blanc du tutorat, j’ai un 3. Un trois. Comme dans « Dites trente-trois ». Sur vingt.
J’ai passé les fêtes de noël enterrée sous une pile de livres et de papier.
Résultat des courses, au premier semestre, j’ai perdu huit kilos et fini 15e. Ce qui décuple la pression et me pousse à bosser dorénavant 10 heures par jour. Pas du tout obsédée par les chiffres, à cette époque.
D’ailleurs, aujourd’hui encore, parmi le vaste registre des choses complètement inutiles dont je suis capable, je retiens … les numéros des items ! Je sais donc que la tuberculose, c’est le numéro 106, que les migraines sont au 262, que les ulcérations des muqueuses génitales sont traitées au numéro 343. Il y en a 345, j’ai de quoi m’amuser un moment. On ne sort pas de la P1 sans séquelle…
Je chronomètre donc mes heures de cours, je placarde mes molécules de chimie et mes acides aminés sur la porte des toilettes, je fais des QCM dans le bus, je me nourris de chocolat et reprends 10 kilos.
Et en Juin, je ne fais pas la fête après les examens, je m’effondre de fatigue et rentre chez mes parents. Et là, quand j’ai appris mes notes, il faut que je vous avoue…
Parce qu’une poussière avait empêchée une amie de voir si j’étais 30e ou 3e, j’ai demandé à mes parents de m’emmener devant le tableau des résultats. Si je vous montre une carte de France, vous comprendrez mieux comme c’est incongru : il y a mes parents d’un coté, ma fac de l’autre, et le massif central entre les deux – entre autres.
Et nous avons fait nos sept heures de route dans la foulée, sur un coup de tête.
Quand je vous disais, de la folie pure…
Publicités

A propos openblueeyes

Apprentie docteur en pédiatrie.
Cet article, publié dans Fac', est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Péhun

  1. openblueeyes dit :

    Et voici les commentaires initialement laissés sur canalblog :

    1. Alors toi aussi tu as la faculté inutile à retenir le numéro des items…
    Ca me rassure, je ne suis pas la seule un peu folle!
    Bisoux et bon courage pr la fin de tes exams!
    – Posté par Virginie, 17 juin 2008 à 16:05

    2. Bonsoir ! Je sors de mon hibernation de D4 fraîchement libérée pour te saluer. ;-)
    Comme d’habitude (et je me promène ici en cachette depuis un bon moment) je me reconnais parfaitement dans ce que tu as écrit… à ceci près que dans ma fac, en P1 on n’a les résultats des épreuves de janvier qu’en juin, avec le classement définitif – quand on ne se souvient même plus des sujets que l’on a eus… Curieux et pas très sympa, comme organisation.
    Rassurez-vous, Marie et Virginie, je crois qu’on finit tous par connaître malgré nous le programme des ECN ; à la fin je ne parlais plus de pathologies ou de situations, mais de numéros d’items…
    C’est encore trop récent, je n’ai pas encore réussi à les oublier, mais j’ai bon espoir d’y arriver bientôt !
    Pour l’instant, la seule différence flagrante entre « l’avant » et « l’après », par rapport aux ECN, c’est que mon appartement a retrouvé une décoration correcte : oubliés, les post-it dans la cuisine et la salle de bains, les ardoises velleda sur le piano, et les arbres diagnostiques en affiches géantes dans les toilettes !
    Ca fait du bien ! :-)
    A bientôt j’espère – c’est toujours un plaisir de te lire, tant tes réflexions et le ton sur lequel tu les fais sont justes, et me parlent.
    Amicalement,
    Mimi
    – Posté par Mimi, 17 juin 2008 à 19:31

    3. unique pensée : « nonnnn t’as pas osé faire ça?? »
    grosbisous
    – Posté par Zou, 17 juin 2008 à 23:08

    4. et finalement tu gardes ton suspense, vilaine… alors, tu était 3° ou 30°??? -ce qui, tous comptes fait revient strictement au même, à savoir que tu es reçue, brillamment, et ça ne valait sans doute pas les 700 km dans chaque sens… Mais bon, ça c’est le raisonnement de quelqu’un qui n’est pas directement concerné…
    – Posté par fossette, 22 juin 2008 à 21:53

    5. Voilà un blog qu’il est agréable. :)
    Simples curiosités : qu’est-ce qui t’as donné envie de faire des études de médecine ? Y a-t-il eu des moments où tu as regretté d’avoir fait ce choix ? Tu n’es évidemment pas obligée de répondre. Bonne journée.
    – Posté par Victoria, 30 juin 2008 à 17:05

    6. je suis dans l’aéronautique et une astuce pour apprendre par coeur: même si ce sont des mots « bêtes et méchants » il faut qu’ils te racontent une « histoire » de manière directe ou indirecte,ou associer une situation
    – Posté par christophe, 25 juillet 2008 à 15:31

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s