Crue

Consultations de pédopsy.
Mamzelle a 12 ans et des poussières, pas encore de boutons ni de sale caractère, juste le charme d’une jolie jeune fille encore un peu bébé sous sa frange, et très bientôt ado.
Mamzelle vient nous raconter qu’elle s’est fait agresser un jour dans la rue. Par deux garçons en scooter, des grands, 16 ou 17 ans sûrement, qui ne l’ont pas vraiment touchée là où il ne faut pas mais quand même, ils auraient pu. Elle a eu peur. Ça lui paraît bête à dire comme ça, elle se tortille de gène sur sa chaise, mais elle a eu peur.
Et maintenant ça reste comme une boule dans le ventre qui la gène pour manger, et un cri dans la tête, celui qu’elle a retenu, qui l’empêche de dormir et lui rappelle la scène.
Mamzelle a mis du temps à en parler à ses parents. Qui sont là, eux aussi, ensemble bien que séparés dans la vie.
On les voit seuls avec le médecin : « Alors, ça a l’air d’avoir été difficile pour elle, de vous en parler… Vous avez réagi comment, vous avez donné quelle suite à cette histoire ? »
La mère : « Ben on l’a crue, c’est déjà pas mal ! »
Bien bien bien
On l’a crue
. Non mais je rêve… Encore heureux que tu l’aies crue, ta fille, non ? Elle a mis des mois à t’en parler, c’est pas pour rien, si ?
« C’est que vous savez, je sais pas ce qu’elle a, mais depuis que je suis avec un nouveau compagnon, elle est insupportable ! Alors bon, j’irais pas jusqu’à dire qu’elle aurait pu inventer une histoire pareille juste pour déstabiliser mon couple, mais quand même… »
Le père : « Et puis qu’est-c’vous voulez qu’on fasse, nous ? On allait pas aller au commissariat, elle s’rait même pas capable de les reconnaître. Et puis ils l’ont PRESQUE PAS touchée hein! Et puis bon, elle elle veut pas de toute façon, elle a peur des représailles ou j’sais pas quoi. »
Voilà. Quelques phrases et une montagne d’arguments qui emprisonnent Mamzelle dans le silence.
Bienvenue dans le monde des adultes lâches, qui préfèrent que leur fille les fasse pas trop chier avec ses conneries d’agression – qui n’en est même pas une parce qu’elle a pas été violée.
A ce moment là, on aurait peut-être réagi, et encore…
Voilà Mamzelle, t’as bien fait de sonner à la porte, parce que t’es tombée sur un docteur vachement bien, qui a remis tes parents à leur place, avec tact et délicatesse mais fermeté. Une main de fer dans un gant de velours et une maîtrise habile du contre-transfert, qui aurait pu lui faire pousser une gueulante comme jamais, mais non. Habile je te dis.
Mamzelle, je sais pas ce que t’es devenue, mais j’espère que tes parents ont suivi ses conseils, et t’ont montré que dans ce monde, il y avait quelques règles intangibles, comme celle-ci : on n’agresse pas une enfant impunément. On ne laisse pas une histoire comme la tienne sans conséquence, ne serait-ce que symbolique.
Et j’espère que tu auras pu commencer ton adolescence avec une boule dans le ventre en moins, et des nuits plus sereines, parce qu’avec les parents que tu as, il va t’en falloir de l’énergie et de la bonne humeur pour les années à venir !
Publicités

A propos openblueeyes

Apprentie docteur en pédiatrie.
Cet article, publié dans Med'scene, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Crue

  1. openblueeyes dit :

    Et voici les premiers commentaires laissés sur canalblog avant le déménagement du blog :

    1. Jolie histoire Marie, et joliment racontée :)
    Mais je ne peux pas m’empêcher de venir faire ma Madame je sais tout et partager avec toi un peu de ma grande sagesse et mes longues années d’expérience.
    On ne dit pas « Elle s’est faite agresser ».
    Jamais.
    C’est la honte.
    Je sais que tous les journalistes le disent, mais c’est la honte quand même.
    Pas d’accord avec « fait » quand c’est suivi d’un infinitif. Jamais.
    Sinon après j’ai des frissons dans le dos et je me mets à pleurer et j’ai du mascara plein les joues et c’est pas beau.
    La tarte que j’ai fait cuire, la fille qui s’est fait violer, la chienne que j’ai fait sortir.
    Ou la chienne qui s’est fait violer et la fille que j’ai fait cuire.
    C’est trash, mais c’est français.
    Aaaaah, ça faisait longtemps que je n’avais pas mené ma petite croisade contre ma faute préférée à moi que j’ai.
    Sinon, à part ça, continue tout le reste pareil.
    Tu feras une belle médecin.
    – Posté par Rrr, 05 juin 2008 à 21:24

    2. oui, bon…
    Alors oui, je suis d’accord avec la Madame de plus haut. Mais rappelons que la Marie, elle est avant tout une victime : sa maîkresse de CM (je l’sais, j’en suis une !)lui a appris qu’avec l’auxiliaire ETRE, le participe passé s’accorde TOUJOURS avec le sujet… alors qu’avec AVOIR, hein, on connait la chanson…
    Seulement voilà, c’est PAS VRAI ! Elle a oublié de parler des verbes pronominaux la maîkresse. Et c’est normal : trop compliqué ; pas au programme ! Et là, en effet, faut un peu être spécialiste pour savoir… et encore ! Cependant la règle énoncée par la Madame de plus haut, très pragmatique, est bonne à retenir. Ca règle pas tout, mais ça dégrossit bien !
    A part ça, j’ai apprécié le texte : criant de vérité, malheureusement…
    – Posté par mariea, 05 juin 2008 à 22:38

    3. Belle histoire.. Bon je pleure d’un oeil et je ris de l’autre, bravo bravo !!
    – Posté par zou, 05 juin 2008 à 23:31

    4. Rholala si vous saviez pourtant comme je peux être psychorigide de l’orthographe et monomaniaque de la relecture de texte !
    Merci Rrr pour cette leçon de français, donc, je vais faire en sorte de la retiendre (oui oui), et de ne plus bousiller le maquillage parce que c’est vrai que c’est pas très joli.
    Pi c’est la honte aussi. Na.
    Merci maikresse mariea pour la défense, pask’elle fait rien que de m’embêter!!
    Elsa : un bisous au passage, je suis contente si j’arrive à faire rire parce que c’est toujours une surprise pour moi. Si si :-)
    – Posté par OBE, 06 juin 2008 à 00:12

    5. Tous les parents ne sont pas comme ca, mais alors, je sais pas pourquoi, en ce moment, ca se propage!!!Une agression est un traumatisme, un parent un « protecteur » encore que, malheureusement, ce n’est pas toujours le cas.
    – Posté par elodie, 08 juin 2008 à 07:20

    6. Tu veux que je te prête mes bras pour « faire passer ton message  » la prochaine fois qu’il y a pas de docteur parfait ?
    Parce que quand même, ils sont choux comme des ******* ces parents là.
    – Posté par Zack, 17 juin 2008 à 22:10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s